7 principes pour se faire obéir par ses enfants sans crier

kidipapa se faire obeir sans crier

« Range ta chambre », « Dépêche toi », « Ne saute pas sur le canapé », « Ne tape pas ton petit frère » (liste non exhaustive!)… Avec la fatigue et le stress, il est difficile parfois de rester calme et de ne pas se mettre à crier sur vos enfants lorsque ceux-ci ont décidé de n’en faire qu’à leur tête. Si vous en avez assez de répéter sans cesse les mêmes choses à vos enfants, si vous avez souvent l’impression de parler dans le vide (ça concerne les enfants, hein… pas votre Jules! 😉 ), si vous culpabilisez après chaque hurlement jeté à la figure de vos petits anges, et si vous souhaitez transformer votre stress éducatif (cris, chantages, menaces…) en plaisir éducatif:

Un, sachez que vous n’êtes pas seul dans ce cas (nous sommes tous des êtres humains sous l’emprise de nos propres émotions!)

Deux, voici une liste de 7 principes qui pourraient vous aider à obtenir plus facilement la coopération de vos enfants (et oui, obéir c’est plutôt quand on est à l’armée!)

 

1- Faire des demandes adaptées à l’âge et aux capacités de l’enfant.

Votre demande est-elle réaliste en fonction de votre enfant, de ce qu’il peut faire? Par exemple, vous ne pouvez pas demander à un enfant de moins de 5 ans de ne pas mettre ses pieds sur le canapé ou le fauteuil car physiquement il ne le peut pas (heureusement il existe le plaid!). De plus, même des enfants du même âge n’ont pas tous la même maturité, le même caractère. Sachez accompagner votre enfant en l’aidant dans un premier temps par exemple, puis laissez lui de plus en plus d’autonomie.

 

2- Adopter des consignes « positives ».

Evitez les phrases contenant une négation. Dites à vos enfants ce qu’il faut faire plutôt que ce qu’il ne faut pas faire. Par exemple, au lieu de lui dire « ne cours pas », vous pouvez lui souffler un « marche doucement ». Pourquoi? Les touts petits ne comprendraient pas la négation? Il n’en est rien. Un enfant entre 1 et 3 ans, en pleine acquisition du langage, comprend et maîtrise assez rapidement la négation. Il sait dire « non », « pas ». Par contre, son cerveau étant encore non mature, la négation doit prendre un chemin plus long dans le processus de traitement des données et se retrouve court-circuitée par les pulsions qui dominent l’enfant et qu’il ne peut encore maîtriser. Donc quand l’enfant entend « ne met pas ça dans ta bouche », le cerveau décortique « met »… « bouche »… puis « ne…pas ». Sauf que l’enfant étant dans la pulsion, la réaction physique sera « plus rapide » que l’analyse cérébrale. L’enfant va donc mettre immédiatement dans la bouche.

 

3- Demander une chose à la fois.

Toujours pour une histoire de maturation du cerveau, le jeune enfant est incapable d’assimiler plusieurs instructions à la fois. Par exemple, s’il est aisé pour un adulte d’exécuter une suite d’instructions comme « range ce jeu de société, lave toi les mains et on passe à table », pour l’enfant il n’en est rien. Au mieux il va retenir et exécuter une seule action. Un enfant n’étant pas un mini-adulte, il faut donc plutôt lui dire: « range ce jeu de société ». Quand il a fini: « lave toi les mains ». Et enfin: « viens, on passe à table ».

 

4- Employer des mots adaptés.

Au lieu de dire « SI tu fais ceci nous ferons cela », il vaut mieux dire « QUAND tu auras fait ceci nous ferons cela ». Le « SI » donne le choix à l’enfant de ne pas obéir.

Remplacez le « TU » accusateur et humiliant par le « JE » exprimant vos émotions. Par exemple, au lieu de lancer: « Tu as vu le bazar que tu mets à chaque fois! Range ta chambre tout de suite, tu n’es qu’une souillon » qui va donner envie à l’enfant de pleurer ou de lutter, il vaut mieux qu’il entende: « Je constate que ta chambre n’es pas rangée, je suis embêté car je voulais passer l’aspirateur. Peux-tu le faire s’il te plaît? » Des termes plus encourageants qui pousseront plus à la coopération.

 

5- Proposer un choix illusoire.

Lorsque votre enfant rechigne à faire quelque chose d’important, par exemple se brosser les dents, on peut lui proposer: « Tu préfères te brosser les dents avant ou après la lecture de ton histoire? » A utiliser avec parcimonie (nos enfants ne seront pas dupes longtemps!)

 

6- Utiliser le bon ton.

Employez un ton ferme, confiant et déterminé (ferme ne veut pas dire crier!). Si vous n’êtes pas convaincu de votre demande, il y aura une incohérence entre votre requête et votre état émotionnel, et vous risquez alors de perdre toute crédibilité.

 

7- Savoir remercier l’enfant.

Sachez remercier un enfant comme vous le feriez avec un adulte. « Merci d’avoir passé l’éponge sur la table, cela m’a bien aidé, tu peux être fier de toi ». Non seulement il apprendra la politesse (par mimétisme), il sera content de vous avoir aidé, mais en plus sa confiance en lui augmentera. Cela renforcera son envie de réitérer sa bonne action.

 

Derniers conseils:

Au lieu de donner des ordres stricts aux enfants, sonnants comme une agression (libérant du cortisol, une des hormones du stress), il serait plus judicieux d’obtenir leur pleine coopération. Pour ce faire vous pouvez reformuler vos requêtes sous formes de questions. Par exemple, au lieu d’ordonner: « Va te brosser les dents! », on peut poser la question suivante à l’enfant: « Que fait-on avant d’aller au lit? » Cela a pour avantage de ne pas stresser le cerveau de l’enfant qui sera plus détendu. Il cherchera la réponse à la question avec bonne humeur et sourire ce qui augmentera son niveau d’implication, de responsabilité, et par là même sera plus coopératif.

En conclusion: L’enfant ne doit pas obéir, il doit coopérer!

kidipapa cooperation sans crier

Kidipapa


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s